cafe-joyeux

Quelles aides pour les personnes handicapées ?

Les personnes en situation de handicap représentent un groupe vulnérable de personnes. Elles sont généralement classées parmi les ”laissés pour compte” au sein de la société. Face à cette situation, plusieurs organismes se sont mobilisés en vue de faciliter la formation et l’insertion professionnelle des personnes handicapées. À quelles aides peuvent prétendre les personnes handicapées ? Voici un guide qui en parle.

L’aide à l’embauche des travailleurs handicapés en contrat de professionnalisation

Pour bénéficier de cette aide, l’employeur des personnes en situation de handicap doit respecter quelques critères bien définis. En effet, le contrat de professionnalisation doit avoir une durée de travail hebdomadaire supérieure ou égale à vingt-quatre heures. En raison d’une dérogation, la durée de travail hebdomadaire peut-être inférieure à celle qui a été établie. Dans ce cas, la législation impose une durée de seize heures au minimum. En outre, la durée de ce bail de professionnalisation doit être supérieure ou égale à six mois. Les employeurs qui respectent ces critères profitent d’un montant de 4 000 € environ. Par ailleurs, le tarif de cette aide est calculé au prorata de la durée du bail à partir du sixième mois de fonction.

L’aide à l’embauche dans le cadre d’un contrat d’apprentissage

Pour ce type d’aide, l’employeur perçoit une aide dont le montant est de 3 000 € environ. Pour être éligible, celui-ci doit être en mesure de recruter un travailleur handicapé pour un contrat d’apprentissage d’au moins six mois. À partir du sixième mois, le prix de cette aide est proratisé en fonction de la durée du bail. Pour ce type de contrat, la durée de travail hebdomadaire des personnes en situation de handicap doit être de vingt-quatre heures au minimum. Toutefois, cette dernière peut être ramenée à seize heures au minimum dans le cas d’une dérogation où la durée hebdomadaire est inférieure à la normale.

L’aide à l’accueil, à l’intégration et à l’évolution professionnelle

Ce type d’aide a pour but de faciliter la prise de fonction et l’évolution professionnelle des personnes en situation de handicap. Elle vise à accompagner ce genre de travailleurs vers une restauration rapide. En effet, une somme d’environ 3 000 € est versée à l’employeur afin de couvrir les dépenses relatives au suivi dans le cadre de l’évolution sur un nouveau poste. Ce montant permet également de financer la mobilité professionnelle, l’accueil et l’intégration du travailleur handicapé récemment embauché. Il peut s’agir d’un contrat de travail à durée déterminée (supérieure ou égale à six mois) ou d’un contrat de travail à durée indéterminée. Le Café Joyeux emploi d’ailleurs exclusivement des personnes présentant un handicap. Par ailleurs, pour bénéficier de cette demande, l’employeur doit adresser une demande au conseiller d’une structure habileté (Cap Emploi, Agefiph, Pôle Emploi, Mission locale).

L’aide à la formation

Le montant de cette aide est défini en fonction des cofinancements prévus et du coût du projet. Il permet à un travailleur handicapé de bénéficier d’une qualification qui favorise son maintien dans l’emploi. Tout travailleur handicapé peut profiter de cette offre qui finance des remises à niveau diplômantes, certifiantes, pré qualifiantes ou qualifiantes.

Toutefois, les travailleurs indépendants handicapés doivent se munir d’un avis médical capable de notifier les obstacles qui freinent la poursuite de l’activité. Par contre, le médecin de travail doit délivrer une attestation à l’employeur qui souhaite engager un salarié handicapé. Ce document permet d’attester que le handicap a des conséquences sur la capacité à occuper le poste de responsabilité.